Lettre à Ma

fuck_my_cancerChère Ma,

Je sais que les gens qui aiment écrire des lettres aiment aussi en recevoir alors je me lance.

J’ai lu Fuck my cancer et j’en suis sortie KO. Faut dire que je suis encore un peu sensible sur le sujet.

Je l’ai acheté parce que je vous aime bien toi et ton caractère de pitbull. Je ne m’attendais pas à trouver plus que  ce qu’il y a dans ton blog que je lis régulièrement. Je ne pensais pas arriver au bout mais c’est pas tous les jours que quelqu’un qu’on connait (même virtuellement) sort un livre.

Il faut que je t’avoue que quand tu as commencé Fuck my Cancer, j’ai eu du mal. Je venais de passer un an avec un pied dans Cancerland. J’en étais sortie fracassée psychologiquement et physiquement. Mon père que j’accompagnais en est parti par la sortie définitive. Donc quand tu as commencé à partager ton épopée, j’ai lu mais je n’ai pas vraiment pu échanger : trop d’amertume de mon côté pour être d’une quelconque utilité. J’appréhendais sûrement aussi la lecture de ton opus surtout un lendemain d’anniversaires trop nombreux.

Et puis après avoir trouvé ton livre, je l’ai ouvert, commencé et fini le jour même.

J’y ai retrouvé des épisodes que tu nous avais déjà racontés dans le blog mais j’ai aussi lu un vrai livre et pas une simple compilation d’articles de blog. Mais bien un discours construit qui différencie un livre d’un blog .

J’ai retrouvé ton humour mordant et ta plume acérée.

Je suis tombée sous le charme de ta famille et de ton taiseux de mari. J’ai eu le coeur serré pour toi et je l’ai encore et voudrais t’envoyer plein d’ondes positives.

J’ai aussi eu la confirmation de l’inhumanité de notre médecine moderne qui est tellement focalisée sur la maladie qu’elle en oublie le patient. Je me souviens de cette interne qui n’ayant pas réussi à convaincre mon père de suivre une « chimiothérapie de confort » (je ne sais pas si je dois rire ou pleurer de ce qualificatif après avoir lu ton témoignage) essaya sur moi sans me connaître et au téléphone. Je me souviens de ces discussions sans fins avec les médecins dont le seul objectif n’était pas de respecter les volontés du patient mais d’appliquer leur décision. Je me souviens de cette sensation d’impuissance totale face à un système inhumain. Je me souviens…

La lecture de Fuck My Cancer devrait être obligatoire pour tous les soignants pour qu’ils se souviennent qu’ils soignent des êtres humains et non pas des malades ;  pour les malades et les biens portants aussi pour qu’ils sachent qu’ils ont des droits.

Pardonne moi d’avoir trop parlé de moi mais ton livre a réveillé des souvenirs et des indignations en moi. Je te laisse un bout du Cancerland de mon papa. Prends soin de toi.

IMG_1528

PS : pour tous les lecteurs de cet article, ils peuvent retrouver « Fuck my cancer » dans toutes les bonnes librairies,  Ma sur twitter @mwyler.

3 comments

  1. Catherine HELLO

    Bonjour,
    Moi aussi j’ai lu ton livre.
    Je suis « accompagnante ». Est ce le bon terme car souvent j’ai l’impression de ne rien faire…. Contrairement à ce que me dit Clément mon fils, atteint d’un lymphome de Hodgkin, réfractaire virulent. Il me dit toujours que le fait que je sois là est déjà grand.. Clément a fêté ses 28 ans en février et se bat depuis 10 mois.
    Il voyageait depuis un an en Nouvelle Zélande. J’ai appris qu’il avait un cancer à 22000 km de distance… 15 jours pour être rapatrié à cause de son coeur. C’est tellement long…
    Depuis Clément dit toujours qu’il a appris la patience…. Les longs moments dans les salles d’attente…. Les indélicatesses de certains membres du milieu médical…
    Une amie de mon fils, a entendu parler de ton livre. Dans la foulée il l’a acheté et je l’ai lu d’un trait…ou presque….
    Que de similitudes… Si vous vous rencontriez vous pourriez partager cette humour que tout le monde ne comprend pas et n’accepte pas!!!!
    Sa plus grande fierté…. C’est qu’il m’a converti à cet humour…
    Je crois que ce genre « d’aventure »…et oui c’en est une…nous fait relativiser tellement de petits détails de la vie de tous les jours…
    Parfois je me surprends à sourire sur des sujets qui pourraient paraitre tristes mais qui sont tellement futiles en rapport à cette p….. de maladie!
    Vivre l’instant présent,ne surtout pas se projeter, rester bien lucide et avancer…à petits pas…
    Batman et sa cape magique fera peut être des miracles. Clément est fan de Batman.. Encore un point commun !
    Ton livre m’a permis de comprendre tout un tas de ressentis que je n’avais pas forcément saisi.
    Clément doit le commencer ces jours ci… Il sort d’une seconde greffe il y a quelques jours.
    Prends soin de toi, la Vie est parfois injuste, souvent difficile, mais elle est tellement belle aussi ! Il faut juste penser à le regarder avec les yeux de la Joie et de l’Amour même les jours où tout s’écroule, ou on se dit que ça ne marchera pas, que rien n’ira….
    Je me permets de t’embrasser. Nous avons presque le même âge. La situation n’est pas la même, tu la vis de l’intérieur et moi de l’extérieur… A très bientôt de tes bonnes nouvelles.

    • Je laisse Ma répondre à ton témoignage touchant. Courage à toi et à ton fils.

    • Merci chère Catherine pour ton message affectueux. La situation des familles appelées dans la novlangue les « aidants » est paradoxale: témoins de la maladie, des angoisses et des épreuves d’un être aimé, personne souvent ne se préoccupe d’eux. Ils sont les laissés pour compte de l’aventure cancer, devant se débrouiller avec..impuissants et désireux de soulager. Inquiet mais devant paraître optimiste. en première ligne quand le malade craque.
      J’espère de tout cœur que ton fils gardera la distance de l’humour et la chaleur de ta présence, qu’il passera les obstacles à nouveau un à un, voeux pieux, impuissants mais avant tout qu’il garde la gniaque, qu’il s’autorise la colère, la baisse de morale, le  » rien à foutre de leurs conneries  » avant de reprendre un peu de force. Transmets lui mes pensées et de ma colère. La colère est saine quand on sait la diriger et le bullshit de la bien-pensance on s’en moque. Je t’embrasse comme une mère embrasse une mère.
      Manuela

Répondre à Catherine HELLO Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This